Accueil Activités Autres l'Appel de Porto-Novo

l'Appel de Porto-Novo

L'Appel de Porto-Novo

L’histoire des grandes civilisations, celle des personnages illustres, des héros du temps qui passe, celle des aventures artistiques, scientifiques, politiques et intellectuelles, des grands événements, reste gravée sur des pierres éternelles que sont les monuments, les sites, les musées, les archives, les bibliothèques, les villes, les territoires, les institutions, les productions artistiques, etc. Il est admis que ce qu'un pays a de plus précieux, c'est son patrimoine culturel et ses hommes, en particulier sa jeunesse.

Or, l’actualité internationale et celle africaine en particulier offre de plus en plus des cas de destructions de biens culturels. En effet, la montée du terrorisme dans plusieurs régions du continent, la résurgence de conflits religieux ou ethniques, l’insurrection des populations, notamment jeunes face à des régimes politiques non démocratiques ou simplement face à l’incertitude de l’avenir poussent les populations dans la rue et entrainent des situations conflictuelles dont les conséquences sont, en règle générale, catastrophiques pour le patrimoine. Partout sur le continent et ailleurs, de nombreux marqueurs et lieux du patrimoine tels que musées, monuments, mémoriaux, conservatoires, centres et espaces culturels sont attaqués et détruits par des fondamentalistes, des forces militaires, des populations en colère. De même, des sites archéologiques sont pillés, des biens mobiliers sont trafiqués. Le patrimoine culturel du continent se retrouve sous la menace de l'intolérance, du pillage et du trafic illicite de ses biens culturels.

On se souvient des profanations des mausolées de Saints à Tombouctou, classés au patrimoine mondial de l'Unesco, perpétrées en mai 2012 par des groupes fondamentalistes d'Ansar Ad-Din, la destruction de plusieurs monuments, musées et sites lors du printemps arabe en Egypte, en Tunisie et en Lybie. Les récents cas se sont produits en Afrique du Sud où une jeunesse en colère demande la démolition de la statue de Cecil Rhodes et celle du roi d'Angleterre George V à Durban. Ces mouvements qui ne sont plus des cas isolés doivent être source d’inquiétude et de réflexion pour les gouvernants, les Forces de Défense et de Sécurité mais surtout pour les professionnels du patrimoine. Ces actions qui contribuent à effacer un pan de la mémoire du continent et qui sont source de destruction du tissu social, sont le signe d’une méconnaissance ou une ignorance du rôle et de l’importance du patrimoine par les communautés. Elles traduisent la perte de certaines valeurs, dont celles de solidarité et de tolérance par les communautés et ces organisations terroristes. Elles révèlent l’urgence d’agir, agir pour sensibiliser, agir pour éduquer, agir pour mieux s’organiser, agir pour mieux conserver, agir pour mieux protéger.

C’est fort de cela que l’Ecole du Patrimoine, fort de sa mission de contribuer au développement socio-économique des pays et peuples africains, à travers la conservation et la valorisation de leurs patrimoines culturels, en s’appuyant sur les Conventions internationales relatives à la protection du patrimoine culturel, naturel et immatériel, notamment la « Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé adoptée à la Haye – 1954 » ; la « Convention 1972 de l'Unesco concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel» , la « Convention concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation, l'exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels – 1970» , la « Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel - 2003 » et la « Convention pour la protection et la promotion de la diversité culturelle -2005 » a organisé le jeudi 30 avril 2015, la conférence dont le thème est : " LA DESTRUCTION DES BIENS CULTURELS EN AFRIQUE : ENJEUX ET SOLUTIONS". 

Les participants, à l’issue de la conférence lancent le présent appel, dénommé : Appel de Porto-Novo. Il vise à mobiliser et sensibiliser la communauté internationale et africaine en particulier, sur la nécessité de préserver et de protéger le patrimoine en tous lieux et en toutes circonstances. L’appel de Porto-Novo s'adresse également à la responsabilité de toutes les organisations internationales : Nations Unies, UNESCO, ICCROM, ICOM, IUCN, ICOMOS, Union Africaine et toutes les organisations et regroupements sous-régionaux, les organisations et autorités politiques et administratives nationales afin que l'Afrique qui est un continent riche et grand de par son patrimoine…...

Cet appel invite aussi toutes les populations, les Forces de Défenses et de sécurité, à la préservation, à l'intégrité et la sécurité des biens culturels mais surtout à dénoncer et combattre les terroristes et les agresseurs de patrimoine. Enfin, nous demandons l’organisation d’une conférence internationale pour réfléchir et proposer des actions concrètes pour une meilleure préservation du patrimoine culturel en Afrique.

Porto-Novo, le 30 avril 2015

       

  

Vous êtes ici : Home Activités Autres l'Appel de Porto-Novo